Ici le Buzz
confidence Société

Confidence :  »Ma Femme Ne Sait Pas Dire Non ! Elle Couche Avec Tout Le Monde, Que Faire ? »

Un homme marié relatait l’histoire de sa vie après avoir marié sa femme il découvre ses nombreuses histoires d’infidélité. Et à la question de savoir pourquoi elle n’arrivait pas à rester fidèle.

Elle lui repondit qu’elle ne savait pas dire non !

Retour sur ces femmes qui ne savant pas dire  »Non » quand le s#xe leur ait sollicitée.

Un homme marié relatait l’histoire de sa vie après avoir marié sa femme il découvre ses nombreuses histoires d’infidélité. Et à la question de savoir pourquoi elle n’arrivait pas à rester fidèle.

Elle lui repondit qu’elle ne savait aps dire non !

Retour sur ces femmes qui ne savant pas dire  »Non » quand le s*xe leur ait sollicitée.

Ph.DR.

Elles couchent pour ne pas avoir à dire « non »

« Pour ne pas passer pour une gourde, je le faisais sans aucun plaisir. » Paroles de celles qui cèdent faute de confiance en elles.

Adjoua – les prénoms ont été changés- se souvient d’avoir dit « non » un jour sur un trampoline. Sur un trampoline ?

« Oui, le gars m’embrassait et voulait m’emmener chez lui, pour aller plus loin. J’ai refusé. Comme quoi, je sais dire “non”. »

A 27 ans, si elle est fière de cette anecdote, c’est qu’elle a connu de nombreuses « relations sexuelles non pleinement consenties ». Celles que les filles ne désirent pas vraiment, pas comme ça, et auxquelles elles cèdent par paresse ou par peur de passer pour des cruches.

Son pire souvenir, c’est avec un type rencontré en Corse, « du genre “bad boy” qui ne va jamais t’aimer ». Sa spécialité quand elle avait 20 ans. Dès le début, il insiste pour faire des choses qui ne lui plaisent pas.

« Il m’emmenait faire des préliminaires dans les fourrés, j’en ressortais avec des piqûres partout, c’était désagréable et ça m’agaçait, mais je ne disais pas “non”. »

Ph.DR.

Plus tard, au cours d’un week-end à la campagne, chez lui, « j’ai compris que ça allait être chaud pour moi ».

Chloé est alors vierge, « avec un seuil de respect de mon corps assez bas » :

« Des garçons me touchaient souvent les seins, pour rire. Ce qui n’est pas normal. »

En arrivant dans la « baraque », elle se rend compte qu’il a prévu de dormir dans le même lit qu’elle. Elle va devoir lui dire qu’elle ne l’a jamais fait. Préfère se saouler à la vodka. Elle finira la soirée « complètement allumée » dans le lit double. Le lendemain, elle se réveille en ayant mal « entre les cuisses » :

« Il ne m’a pas calculée de la journée et je n’ai rien osé dire. »

« Je préfère avoir une MST que casser l’ambiance »

Amandine, maintenant 26 ans, a autrefois pratiqué des fellations à répétition pour plaire à un petit copain.

« Il avait bien fait passer le message. Je savais qu’il adorait ça et je sentais une pression. Pour ne pas passer pour une gourde, je le faisais régulièrement, sans prendre aucun plaisir.

Ph.DR.

Accepté de coucher avec un total inconnu

Anne a quant à elle accepté une relation sexuelle avec un quasi-inconnu en vacances :

« Je me suis dit qu’il allait insister des heures, alors j’ai préféré me laisser faire. »

Et puis, le témoignage de poids. Celui d’Esther Freud, « arrière-petite-fille de ». La romancière s’est inspirée de sa propre expérience dans un passage de son livre, « Love Falls » (éd. Bloomsbury). Une scène de s*xe forcé. En 2007, dans le Guardian, l’auteur ne se cache plus derrière son personnage. Elle raconte le traumatisme d’une longue nuit avec un inconnu.

Elle rappelle aussi les chiffres de l’association NSPCC (National Society for the Prevenion of Cruelty to Children) selon lesquels 45% des jeunes adolescentes britanniques auraient eu des expériences sexuelles non voulues (voir les chiffres 2009). En anglais, on appelle cela du « s*xe bullying » (« s*xe avec brutalité »).

Sur Internet, on trouve également de nombreux témoignages de filles, ici ou ici. Grand classique également, l’incapacité à dire « non » à un garçon qui ne veut pas mettre de préservatif. Chloé à nouveau :

« Je répète la phrase –“ mets un préservatif ”- douze mille fois dans ma tête avant de la prononcer. Si le mec refuse ou me dit qu’il ne préfère pas, je cède à mes risques et périls. »

Ph.DR.

Un terrible manque de confiance en elles

« Des gestes sexuels impensables il y a trente ou quarante ans »

A ce stade, on peut penser que Chloé, Amandine, Anne et Esther étaient des adolescentes un peu « tarte » ou fragiles. En réalité, elles souffraient d’un manque de confiance en elles et une peur du rejet, des maux courants chez les adolescentes et les jeunes femmes. « C’est le moment de la vie où le regard des autres est vécu comme déterminant », dit Annie Rolland, psychothérapeute spécialiste des ados.

La popularité est le maître mot, la pression du groupe de pairs, déterminante. Il y a les autres filles qui ont déjà couché et s’en vantent. Et les garçons, qui « jouent un jeu cruel, en faisant croire à la fille que si elle ne couche pas, elle perd toute sa valeur », dit Annie Rolland. Sur ce forum (cela fait peur), ils se demandent jusqu’où ils ont le droit d’insister.

Récents infos

L’actrice Gabrielle Djene a rendu l’ame

[email protected]

UNE ENFANT ALLANT À L’ÉCOLE RA..MASSE UNE PIÈCE DE 100 FCFA QU’ELLE M..ANGE ET TROUVE LA MORT PLUS TARD.

[email protected]

Cette dame que vous voyez est un être sa..ns cœ.ur

[email protected]

Une nounou étouffe un bébé de 11 mois en l’obligeant à manger

[email protected]

Une femme brésilienne qui n’avait pas eu de chance en amour a demandé de l’aide à sa mère

[email protected]

UNE CENTRAFRICAINE [email protected] À M0RT SON COPAIN CAMEROUNAIS AU CARREFOUR.

[email protected]