International

Hommage à tonton Drissa des Bobodioufs


La musique sénégalaise est en deuil. Tonton Drissa, figure emblématique du célèbre groupe Les Bobodioufs, nous a quittés le 10 février 2023 à l’âge de 75 ans à Dakar, des suites d’une longue maladie.

Cofondateur du mythique orchestre de mbalax,compositeur de nombreux succès planétaires, Tonton Drissa était considéré comme une véritable légende vivante de la musique africaine. Sa disparition laisse un grand vide, mais son héritage musical reste immortel. Retour sur le parcours exceptionnel de cette icône.

Hommage à tonton Drissa des Bobodioufs

Les débuts des Bobodioufs


Tout commence dans les années 1970 à Dakar, où un groupe de musiciens mené par Doudou Rose et son frère Bamba Rose forme le groupe Les Bobodioufs. Composé d’une dizaine de membres, l’orchestre se fait connaître sur la scène locale en proposant un savoureux mélange de musiques traditionnelles sénégalaises, de soul, de funk et de sonorités afro-cubaines (source : Africa N°1).

Hommage à tonton Drissa des Bobodioufs

Leur style joyeux et dansant apporte un vent de fraîcheur et de modernité à une époque où les big bands de rumba congolaise dominent le paysage musical en Afrique de l’Ouest. Dès 1977, ils enregistrent leur premier album “Feeling” qui contient leur tout premier succès du même nom, rapidement adopté comme hymne dans les soirées dakaroises.

Mais c’est en 1978 que la troupe connait un tournant décisif lorsque le producteur sénégalais Ibrahima Sylla repère le groupe et décide de les produire. Il leur adjoint un jeune homme discret mais ultra talentueux : Tonton Drissa. Guitariste brillant, compositeur inspiré, Drissa devient vite le pilier musical des Bobodioufs. Sous sa houlette et avec le soutien d’Ibrahima Sylla, le groupe s’apprête à conquérir l’Afrique et le monde.

 

L’ascension fulgurante

Au début des années 1980, portés par l’explosion internationale de la world music, Les Bobodioufs connaissent une ascension fulgurante. Leur deuxième album “Sagn Sagn Sagn” sorti en 1982 les propulse immédiatement sur le devant de la scène. Porté par son titre-phare, véritable tube planétaire, l’album s’écoule à plus de 250 000 exemplaires en quelques mois seulement d’après le magazine Jeune Afrique.

Suivent d’innombrables tournées à travers le continent africain, puis en Europe où ils remplissent les plus grandes salles de Londres à Paris. En 1986, leur troisième opus “Mbalax” confirme leur statut de stars internationales de la world music. On y retrouve le morceau à succès “Bamba”, ode à la fête et à la danse qui explose dans les charts du monde entier.

 

Dès lors, Les Bobodioufs enchaînent les albums à succès, les concerts mémorables et s’imposent comme les ambassadeurs du mbalax, genre musical sénégalais qui conquiert la planète. Derrière chaque production, on retrouve la patte musicale de Tonton Drissa, guitariste virtuose et mélodiste hors pair qui signe la plupart des compositions du groupe.

Tonton Drissa, pilier du groupe

Si le chanteur Doudou Rose était le leader charismatique des Bobodioufs, Tonton Drissa en était l’âme musicale. Il intègre le groupe à ses débuts en 1978 après avoir été repéré par le producteur Ibrahima Sylla. D’abord discret, il s’impose vite comme compositeur génial et guitariste remarquable.

Son jeu de guitare si caractéristique, mêlant influences latines et africaines, colore les plus grands tubes du groupe : Bamba, Sagn Sagn Sagn, Ndinga, Soul, et tant d’autres… Drissa signe également les mélodies de ces chansons qui tapent immédiatement dans l’oreille. “Il arrivait toujours avec les phrases musicales les plus inspirées, il avait ce don mélodique incroyable” témoigne son comparse Doudou Rose dans Jeune Afrique.

 

Outre son talent musical, Tonton Drissa était également producteur et manager du groupe. C’est lui qui pilotait l’enregistrement des albums et organisait les tournées du groupe aux quatre coins du monde. Manager discret mais efficace, il veillait à la bonne entente au sein de la troupe. “Drissa était comme un grand frère pour nous, il fédérait le groupe avec sa gentillesse légendaire” confie le percussionniste Omar Benefall dans un hommage sur RFI.

Surnommé affectueusement “Tonton” par les autres membres, Drissa était une figure paternelle pour Les Bobodioufs. Il laisse derrière lui le souvenir ému d’un homme humble et généreux, aussi talentueux que discret. Mais sa musique, elle, vivra éternellement.

 

Hommages et réactions


L’annonce du décès de Tonton Drissa le 10 février des suites d’un cancer a suscité une vive émotion dans le monde de la musique africaine. De nombreux artistes ont tenu à rendre hommage à cette légende du mbalax qui les a influencés. Le chanteur sénégalais Youssou Ndour, star internationale, a ainsi déclaré : “Tonton Drissa était un géant de la musique sénégalaise. J’ai grandi en écoutant les mélodies des Bobodioufs, qui m’ont donné envie de devenir musicien”.

Le groupe ivoirien Magic System, pionnier du zouglou, s’est dit “profondément attristé par la mort de ce grand monsieur”. Quant au musicien béninois Angelo Attingane, il rend hommage à “l’immense talent et la créativité” du défunt. Sur les réseaux sociaux, de nombreux anonymes partagent leur tristesse et leurs souvenirs des concerts mémorables des Bobodioufs. Une pétition pour donner le nom de Tonton Drissa à la salle de musique de Dakar recueille déjà plus de 5000 signatures.

Le président du Sénégal Macky Sall a annoncé un hommage national à Tonton Drissa, dont la date n’est pas encore fixée. Sa dépouille a dans un premier temps été exposée au Théâtre National Daniel Sorano de Dakar pour un dernier adieu. Ses obsèques ont eu lieu le 16 février dans son village natal de Mbour, où une grande foule était présente pour accompagner l’illustre musicien dans son dernier voyage.

 

L’héritage musical des Bobodioufs


Bien que disparu, Tonton Drissa laisse derrière lui un héritage musical colossal avec le groupe Les Bobodioufs. Depuis presque 50 ans, ils ont exporté la musique sénégalaise aux quatre coins du monde. Leurs percussions enivrantes et leurs mélodies imparables ont fait danser des millions de personnes.

Ils ont surtout largement contribué à populariser le mbalax, ce style musical typiquement sénégalais, mélange de percussions sabars, de guitares latines et de chants wolofs. Un genre aujourd’hui inscrit dans l’identité culturelle du Sénégal. Les Bobodioufs symbolisent l’âge d’or de ce courant musical.

Influencées par ces pionniers, de nouvelles générations d’artistes perpétuent aujourd’hui cet héritage, de Youssou Ndour à Viviane Chidid. Et même sans Tonton Drissa, les Bobodioufs continuent de se produire en spectacle pour faire vivre la légende. La relève est assurée par les plus jeunes membres, bien décidés à poursuivre l’oeuvre d’une vie. Adieu l’artiste, ton œuvre est immortelle.

En Conclusion

Avec le décès de Tonton Drissa, la musique africaine vient de perdre une figure tutélaire, mais son souvenir reste à jamais gravé dans nos mémoires collectives. Guitariste de génie, mélodiste inspiré, il a marqué l’âge d’or des Bobodioufs et du mbalax par ses compositions inoubliables, qui font aujourd’hui partie du patrimoine musical sénégalais et africain.


 

Tonton Drissa mort

Homme bon et discret, sa personnalité rayonnante restera le symbole de toute une génération qui a fait vibrer le continent au son des percussions, dans un esprit de partage et de fraternité. La musique de Tonton Drissa continura à traverser les frontières et à faire danser les foules, car les grands créateurs deviennent immortels une fois leur œuvre accomplie. L’aventure des Bobodioufs se poursuit, en hommage à ce maître tant aimé.


Récents infos

Il tµe sa sœur avec qui il couchait après avoir découvert qu’elle le trompait

[email protected]

Trompée et humiliée par Tristan Thompson, khloe Kardashian a enfin brisé le silence

[email protected]

Un père poste ce selfie avec ses deux enfants de 9 et 12 ans une heure avant de les abattre

[email protected]

États-Unis : au moins 6 morts et 24 blessés dans une fusillade lors d’un défilé du 4-Juillet

[email protected]

Tunisha Sharma se suicide à 20 ans ; se pend dans la salle de maquillage de l’acteur principal d’Ali Baba : Dastaan-E-Kabul

[email protected]

histoire tragique et triste de mariage

[email protected]

Laisser un commentaire